Brève histoire d’un lieu : La C.A.F.é.S

article laura cafés.jpg

Photo de la C.A.F.é.S au 28 rue des saint-pères (© Laure de Bokay)

Un jour, je me suis arrêtée. Je buvais un thé à la C.A.F.é.S et, pour une fois, j’ai pris le temps de regarder l’espace qui m’entourais. Nouvelle étudiante à Sciences Po, j’avais de suite aimé l’atmosphère conviviale de ce lieu quand on m’y avait emmenée en début d’année : sur un fond de musique, c’était des sourires qui dansaient et l’odeur d’un bon café qui s’évaporait dans l’air. Mais ce jour-là, j’ai eu envie de comprendre ce lieu, son histoire, son organisation, ce qui faisait que je m’y sentais bien. J’y observais les étudiants qui entraient et sortaient en cadence, et écrivais les quelques questions qui me venaient par la tête.

Ce petit article est le fruit de mon étonnement et de ma curiosité, que les étudiants engagés dans la C.A.F.é.S ont accepté de nourrir de façon collaborative et autogérée. Raconter l’histoire et l’organisation de la C.A.F.é.S est une invitation… à (re)découvrir un lieu qu’on connait, à mesurer l’ambition d’un projet étudiant vertueux.

Lire la suite

Publicités

Les Grands voisins, un lieu pas comme les autres

Ce lieu est un véritable laboratoire urbain en plein coeur du 14e. Le pari qu’ont réussi ses fondateurs, c’est de faire cohabiter des populations qui ne sont pas du même milieu social, pari qu’ont perdu de nombreux lieux qui se disent alternatifs. 600 places d’hébergement d’urgence sont disponibles dans l’immense espace que laisse un ancien hôpital, des personnes en grande précarité cohabitent avec des locaux d’associations, des artisans, des passants attirés par les lieux et ses ateliers. La véritable richesse de cette ancienne friche est son fourmillement. Ici, on prend des initiatives, et lorsque l’on y retourne d’une fois à l’autre, on ne sait jamais quelles seront les modifications qui se sont produites. Lire la suite