Le zéro déchet : l’avenir de la consommation responsable ?

Pour conclure en beauté cette semaine sur la consommation responsable, j’ai choisi de m’intéresser à un problème qui selon moi englobe cette problématique : la gestion des déchets. Peu sont ceux à être suffisamment naïfs ou ignares pour fermer les yeux sur la quantité de déchets que nous jetons chaque année. Peu sont ceux qui en connaissent les chiffres cependant. En France, on estime cette quantité à  354 kilogrammes par personne hors déchets verts dans la consommation des ménages. Si l’on comptabilise les déchets agricoles et industriels, on atteint selon le Cniid (le Centre National d’Informations Indépendantes sur les Déchets) 13,8 tonnes de déchets par français. De quoi en décourager certains. Je préfère voir le problème sous un œil optimiste – c’est-à-dire justement ne pas voir le problème, mais l’opportunité. Une consommation responsable passe pour moi par une gestion des déchets responsable, tout simplement car cela nous pousse à repenser notre consommation pour l’adapter. C’est une révision de toute la chaîne de valeur. C’est pour cela que j’ai décidé de me pencher sur des initiatives innovantes qui nous aident à rester optimistes.

En Europe, les politiques de gestion des déchets sont différentes – pas de grande surprise jusqu’ici – et cela surtout du point de vue de la responsabilisation du consommateur. Alors que l’Allemagne a mis en place en 2003 un système de consigne qui concerne une bonne partie des canettes et des bouteilles en plastique, la France s’interroge et peine encore à mettre un place un tri sélectif clair et efficace. Mais assez de ces comparaisons avec nos amis d’outre Rhin, voyons plutôt en quoi consiste cette fameuse pfand, et pourquoi je l’aime tant (un frère qui vit en Allemagne, ça change une vie). Rembobinons. 2003 donc : l’Allemagne encourage le recyclage grâce à la mise en place d’une consigne obligatoire sur les bouteilles à usage unique (ou Einweaflasche dans cette douce langue). Cette consigne est incluse dans le prix à l’achat, et lorsque le consommateur ramène les bouteilles dans les magasins participants (soit tous même si les magasins ne reprennent pas toujours les bouteilles des autres chaînes) il récupère un bon d’achat, à utiliser dans le magasin, ou échangeable en monnaie à la caisse – ce qui est assez peu apprécié en général, mais faisable. D’une part, cette politique encourage et facilite le tri sélectif, puisque les bouteilles sont reconnues par la machine grâce à leur code barre, et d’autre part, nombreux sont ceux à vouloir récupérer leur consigne. Une des conséquences plus surprenante de cette politique cependant, c’est le fait que de nombreux allemands laissent leurs bouteilles consignées auprès des poubelles. Pas franchement compréhensible quand on est pas du coin. En réalité, ils les laissent en dépôt pour que celles-ci soient récupérées par des ramasseurs (souvent des sans-abris, ou des personnes en difficulté financière) qui récupèrent ainsi quelques euros. Notons d’ailleurs que ce système de consigne n’est pas étranger à nos voisins du Nord : en Belgique et au Danemark les bouteilles en verre sont généralement consignées.
 

Lors d’initiatives locales plus surprenantes, certaines communes proposent à leurs habitants d’adopter des poules afin de réduire leurs déchets organiques. La ville de Mouscron a depuis 2008 renouvelé à plusieurs reprises cette expérience, toujours remportant toujours un franc succès auprès de ses habitants. Différentes communes de Sarthe ont mis en place ce même système. Cela reste un système assez contraignant aux yeux de certains, puisque le foyer s’engage à s’occuper des poules pour deux ans au minimum. Ces programmes proposent d’adopter deux poules (pour ne pas qu’elles ne s’ennuient) et de profiter de leurs œufs, tout en les nourrissant tout simplement avec les déchets organiques du ménage. Cela permet une gestion efficace des déchets verts, moins de poubelles, et un jardin un peu plus vivant dira-t-on.

 

Ce qui m’a poussé à écrire cet article cependant, outre un frère quasi allemand, et la Belgique à moins d’un quart d’heure de ma très chère maison, c’est mon dada du moment : le zero waste – le zéro déchet, c’est bien aussi puisqu’on est en France. Vous savez, cette fameuse initiative avec laquelle quelques blogueurs vous rabattent les oreilles, parce que depuis qu’ils ont commencé à faire ça, leur vie a changé vous comprenez. Mais si, pensez à Lauren Singer qui depuis deux ans a produit l’équivalent d’un bocal de déchet. Très honnêtement, là n’est pas mon ambition. Mais dans une semaine sur la consommation responsable je tenais à me pencher un peu plus sur ces gens qui repensent entièrement leur mode de consommation. De A à Z, pour réduire leurs déchets. Summum de la consommation responsable, penser zéro déchet c’est penser à l’ensemble de la vie des produits que nous utilisons : des emballages au transport, rien n’est laissé au hasard. Abandon des sacs plastiques et des suremballages, adieux mouchoirs et serviettes en papier, une bouteille d’eau en verre à remplir, privilégier les céréales en vrac… Somme toute, rien d’absolument infaisable. De mon humble point de vue – qui par certains égards est terriblement noisy et beaucoup trop bobo – c’est un mode de consommation qui nous amène à réfléchir sur cette hyper consommation que nous ne connaissons que trop bien. Un petit pas en arrière et un ralentissement de notre consommation : exactement ce dont nous avons besoin pour mieux apprécier ce que nous consommons. Cela demande de la réflexion et de la préparation, ce qui est finalement ce que j’y trouve de si intéressant : rien de plus engageant qu’une remise en question personnelle, et rien de plus gratifiant que de consommer responsable.

 

Sixtine Desmarchelier – Noise ESSEC.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s