Les monnaies locales (3/4): l’exemple de la pêche de Montreuil

Logo 2Nous avons vu que les monnaies locales sont des outils de transformation sociétale qui permettent d’encourager l’économie réelle et locale, de réduire notre empreinte écologique et de combattre la spéculation et les paradis fiscaux. Ce sont aussi des expériences démocratiques, locales et participatives, où les citoyens se réapproprient l’économie pour la rendre plus humaine.

Mais concrètement, ça veut dire quoi tout ça ?

I. A Montreuil, un exemple de monnaie locale en Ile-de-France

Il se trouve que des exemples d’application concrète, il y en a plusieurs un peu partout en France et notamment en Ile-de-France. Un collectif citoyen ouvert à toutes et à tous est né fin 2012 au sein de l’association « Montreuil en transition », un quartier de l’Est parisien. De ce collectif est né, fin 2013, l’association « La Pêche, monnaie locale » et la monnaie locale, La Pêche, a été lancée le 21 juin 2014.

Logo 2

La Pêche repose sur 4 valeurs : la monnaie doit être locale pour stimuler l’activité économique locale, la monnaie doit être solidaire pour favoriser le partage et l’entraide, la monnaie doit être écologique pour favoriser les échanges respectueux de la planète et la monnaie doit être citoyenne pour être un instrument de démocratie et non un instrument de pouvoir.

Echanges locauxII. Comment rejoindre cette monnaie locale ?

 Tout le monde peut rejoindre La Pêche. Il suffit de suivre 4 étapes très simples :

  1. Adhérez à l’association « La Pêche, monnaie locale » par internet ou avec un formulaire papier.
  2. Changez vos euros en coupons-billets de Pêches dans les différents comptoirs d’échange.
  3. Repérez les commerces, les artisans ou les associations
qui acceptent la Pêche grâce à l’annuaire papier ou web, au plan interactif ou au macaron collé sur la vitrine des commerces et associations adhérents.
  4. Faites vos achats de biens et de services avec les Pêches, comme avec des euros. Vous pouvez même effectuer des paiements mixtes Pêches-euros.

Bonus : invitez vos commerçants et votre entourage à rejoindre le réseau.

L’utilisation de la monnaie locale est donc accessible facilement à tous les habitants du quartier. Je trouve que c’est une très bonne chose, car cela permet aux habitants de Montreuil de tester ce nouveau mode de paiement sans devoir se soumettre à une lourdeur administrative qui en dissuaderait plus d’un. Néanmoins, certaines personnes intéressées pourraient être rebutée par l’idée de devoir rejoindre tout de suite une association avant même d’avoir eu une Pêche entre les mains, même si la cotisation minimale n’est que d’1€.

III. Le fonctionnement de La Pêche

La valeur faciale de la Pêche est la même que celle de l’euro. Cela permet de simplifier les calculs de conversion et facilite les paiements partiels en Pêches :

1 Pêche = 1 euro

Echanger des euros en pêches

Pour chaque conversion d’euros en Pêches, 3% du montant échangé est distribué à une association partenaire choisie par l’utilisateur.

Euros échangés

Lorsque vous payez en Pêches, on peut vous rendre la monnaie uniquement en Pêches. C’est en fait imposée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (APCR), pour prévenir le blanchiment d’argent. C’est pourquoi il est important de penser à prévoir des coupons de petites valeurs et d’éventuellement payer une partie de ses achats en euro.

La Pêche n’existe pour l’instant qu’en version papier, mais les fondateurs n’excluent pas l’introduction d’une version électronique à terme. Les coupons-billets sont de tailles identiques à ceux de l’euro afin de faciliter la vie des commerçants et la tenue d’une caisse. Le papier est aussi proche que possible d’un billet de banque et plusieurs dispositifs de sécurité ont été mis en place afin de limiter au maximum le risque de contrefaçon. L’impression des billets est bien sûr locale.

Coupons de billets

A ce jour, il y a 7 comptoirs d’échange où vous pouvez convertir vos euros en Pêches :

  • La Maison Ouverte,
  • Les Nouveaux Robinson,
  • Les Buttes à Morel,
  • La Fabrique Utile (FabU)
  • La REcyclerie
  • La Bifurcation
  • Le Pré Saint Gervais

En plus de cela, des comptoirs mobiles peuvent être organisés ponctuellement.

Voici une carte des commerces qui acceptent les Pêches pour vous donner une idée du nombre de commerçants ayant adhéré à l’association :

Carte interactive

La question de restreindre l’utilisation de la monnaie locale aux entreprises « les plus vertueuses » s’est posée dans la plupart des projets et donc aussi à Montreuil. L’association « La Pêche, monnaie locale » a décidé que La Pêche devait être utilisée à grande échelle si elle voulait être à la hauteur de ses ambitions, c’est-à-dire de réussir à transformer la société et de ne pas cantonner son déploiement uniquement à des petits réseaux de personnes déjà convaincues par le principe. Ainsi, les fondateurs de l’association ont décidé de ne pas choisir trop de critères de sélection dès le début, afin de favoriser au mieux un changement progressif du système économique.

Alors que certaines monnaies locales sont fondantes, ce n’est pas le cas de La Pêche. Une monnaie fondante est une monnaie qui perd en valeur au fil du temps dans le but d’accélérer la circulation de cette monnaie et de limiter l’accumulation afin de faire circuler la richesse et d’en améliorer la redistribution.

Néanmoins, d’une part la fonte est compliquée à expliquer aux utilisateurs de la monnaie locale dont elle suscite la méfiance et d’autre part, la fonte est lourde à mettre en place d’un point de vue logistique.

A mon avis, c’était essentiel d’impliquer dès le début toutes les entreprises volontaires dans l’utilisation d’une monnaie locale, car d’une part, cela permet d’attirer les habitués de ces commerces et d’autre part, les entreprises considérées comme « moins vertueuses » peuvent être entrainées dans une dynamique positive. Une monnaie locale fondante n’aurait à mon avis pas connu un tel succès car dans sa forme actuelle, La Pêche est en fait un moyen de paiement équivalent à l’euro en terme de modalité d’utilisation. Mais si cette monnaie avait perdu en valeur avec le temps, les personnes découvrant tout juste le concept des monnaies locales auraient probablement été dissuadées par la peur de voir leur argent perdre en valeur sans qu’ils aient aucune emprise sur ce phénomène. On peut facilement imaginer qu’un certain nombre d’utilisateurs auraient été découragés par le fait que les billets soient susceptibles de perdre en valeur et qu’ils soient ainsi obligés de les dépenser rapidement même si sur le moment, ils n’ont besoin de rien.

IV. Le fonctionnement de l’association

Chaque utilisateur de La Pêche peut prendre part de manière active à la prise de décision à travers un des 5 collèges où le consensus est recherché :

  • Le collège des entreprises de biens et services : ce sont les commerçants, les associations, les artisans et les producteurs signataires de « l’accord pour entreprises ». Ils acceptent la Pêche en échange de biens et de services.
  • Le collège des utilisateurs particuliers : ce sont les citoyens qui convertissent des euros en Pêches pour faire leurs achats.
  • Le collège des associations : ce sont celles qui peuvent bénéficier de reversements. Elles sont signataires de «l’accord pour associations».
  • Le collège des institutions : ce sont les partenaires, institutionnels ou acteurs de l’économie sociale et solidaire qui soutiennent la Pêche.
  • Le collège des pêchus : ce sont les adhérents qui ont une contribution significative au sein de l’association « La Pêche, monnaie locale ». Ils sont les garants du respect des principes énoncés dans la charte. Ils œuvrent à la consolidation des fondations du projet et à son développement.

Prise de décisions

Les priorités de l’association sont aujourd’hui de consolider le réseau des entreprises et des associations, d’installer des comptoirs d’échange faciles d’accès, de faire adhérer les citoyens et de trouver un local pour installer La Pêche.

En effet, l’association semble encore à avoir du mal à étendre l’utilisation de La Pêche en Ile-de-France, et en général en dehors de Montreuil.

La Pêche de Montreuil est un exemple phare de monnaie locale car elle a réussi à se faire connaître à Montreuil et dans les environs et que son développement est déjà très avancé. Néanmoins, la Pêche a connu un ralentissement de son activité après l’euphorie de la phase de lancement et certains commerçants ont constaté un ralentissement des échanges en pêche, comme en ce samedi en fin d’après-midi quand les étalages du fleuriste Pompomfleuriste sont vides mais qu’il n’y a aucune Pêche dans la caisse. Pour autant, d’autre commerçant comme le restaurant La Bifurcation, dont les échanges en Pêches représentent 7% du chiffres d’affaires annuel, la Pêche est à la fois l’occasion de faire du commerce avec des fournisseurs locaux et de faire venir une clientèle locale, car « Certaines personnes viennent exprès car on accepte la pêche, cela créé tout de suite un lien, on peut discuter plus facilement. ». Malgré le ralentissement que traverse la monnaie locale, il reste donc confiant pour la suite.

Pour plus d’info:

Contact La pêche

http://peche-monnaie-locale.fr

Thibault Hiller, Noise ESSEC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s