L’Entreprise Sociale, Au Coeur de la Révolution Numérique ?

Antoinette Guhl, adjointe chargée de l’ESS, a souhaité rappeler la place offerte à l’innovation sociale par la mairie de Paris lors d’une conférence à l’Archipel, une ancienne église réhabilitée.

Source : up-conferences.fr

La question de la place de entrepreneuriat social au cœur de l’innovation numérique a été posée aux trois invités, Olivier Mathiot, créateur de PriceMinister, Frédéric Bardeau, fondateur de l’école de code simplon.co et Stéphane Distinguin président de Cap Digital.

Deux cultures similaires

L’innovation numérique induit en effet une mutation de l’entrepreneuriat social via la simplification des usages et la réduction des coûts. La « culture digitale » est proche de celle de entrepreneuriat social, ce qui permet un dialogue fertile entre les entrepreneurs sociaux et les entrepreneurs digitaux. Toutes deux permettent aux Commons (grandes entreprises) de se substituer aux organisations internationales dans le domaine de l’innovation sociale et environnementale.

Start-ups innovantes contre entreprises sans scrupules

Pourtant tous les entrepreneurs digitaux ne sont pas des entrepreneurs sociaux. En effet la surpuissance de certains acteurs du digital adeptes du greenwashing et la difficulté pour les start-ups de changer d’échelle rendent pointilleuse l’émergence d’un volet social de l’économie digitale. Ce sont néanmoins les start-ups, du fait de leur flexibilité, qui mènent le combat en faveur d’une économie digitale sociale.

Fracture numérique

Mais l’égalité et le potentiel de création d’emplois inhérent à l’innovation numérique ne doivent pas faire oublier que cette dernière n’est pas inclusive par nature. Il existe une fracture numérique qui marginalise une partie de la population, créant un nouveau type d’« illettrés ». Cette fracture ne suit pas les divisions sociales traditionnelles, mais elle demeure source d’inégalités et doit à ce titre être limitée.

Un engagement pour l’ESS

L’ESS pourrait être la réponse à la crise qui affecte l’économie actuelle dans sa totalité. Les start-ups sont en effet porteuses d’un nouveau modèle de management, qui repose sur l’approche bottom-up et place l’humain au centre de l’entreprise.

On peut sans doute regretter l’absence de chercheurs charismatiques qui auraient eu une vision sans doute plus objective des effets (et méfaits) de l’innovation numérique et des réponses très théoriques aux questions du modérateur.

Blandine Machabert

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s